Pêche à la mouche : techniques et matériaux

peche-mouche
Rate this post

Matériel de pêche à la mouche

Il y a très peu d’équipement nécessaire pour une sortie de pêche à la mouche : une canne, un moulinet, une queue de rat, quelques bas de ligne, quelques bobines de nylon, quelques mouches, une paire de ciseaux, du silicone pour graisser les mouches et, bien sûr, des vêtements adaptés.

D’une manière générale, notre équipement doit être adapté au type d’eau dans lequel nous voulons pêcher : petit ruisseau, crique, rivière, rivière de vallée, lac alpin, lac de plaine, cc…..

Il est clair que des lieux aussi différents nécessitent des approches différentes.

Lorsque l’on pêche dans un petit ruisseau et que l’on utilise de petites mouches avec des ailerons fins, il faut utiliser une canne courte et sensible portant une queue de rat légère. Les grands lacs et les rivières, en revanche, nécessitent des cannes plus puissantes, capables de pénétrer le vent et de lancer des mouches plus grosses.

L’action de la canne est déterminante pour la capacité de la mouche à se présenter au poisson : pour bien fonctionner, une canne doit être chargée d’une queue de rat dont le poids est adapté à sa puissance (le poids de la queue de rat se mesure en grains).

La canne à mouche et la queue doivent toutes deux répondre aux normes AFTM (American Fishing Tackle Manufactures) : ainsi, une canne considérée comme n° 4 par les normes AFTM doit être associée à une queue de rat n° 4.

peche-mouche

Avant d’entrer dans le détail des cannes et des queues à utiliser en fonction des lieux et des techniques, parlons un peu des cannes et des queues.

Cannes à pêche à la mouche

Ils peuvent être divisés en trois grands types :

Action rapide / Action rapide modérée : Ces cannes sont adaptées à la pêche à distance avec des queues de bon poids permettant de lancer même de gros artificiels, ou pour une action de pointe pour les mouches sèches/nymphes à longue distance.
Action du milieu de la canne vers le haut (action modérée) : la canne polyvalente qui peut atteindre une bonne distance avec des lancers délicats et précis. La partie souple de la pointe agit comme un amortisseur de chocs.
Action lente : Dans ce cas, la canne se plie au milieu lors du lancer, créant un arc large et produisant par conséquent une boucle large. Cette canne convient pour la pêche à courte distance et pour présenter en douceur les mouches sèches ou les nymphes sur les cours d’eau.

Queues de rat

Le rat-tail fournit le poids nécessaire pour charger la canne lors du lancer.

Les numéros AFTM décrivent le poids de la queue de rat, calculé en grains sur les 30 premiers pieds (9,1 m) de queue et sont décrits sur la canne par un # toujours suivi d’un numéro. Si nous utilisons une queue de rat trop légère pour la canne, elle ne fléchira pas car elle n’est pas suffisamment chargée. Si le rat-tail est trop lourd pour la canne, il la surchargera, la fera trop fléchir et rendra le lancer difficile.

peche-mouche

Profils en queue de rat

Les premières lettres des normes ATM classent la queue de rat comme suit :

1) Uniformes (niveau= L) – ont le même diamètre sur toute leur longueur

2) Double-taper (double-taper = DT) = offre un meilleur contrôle et des poses légères sur l’eau

3) Poids en avant (weight-forward = WF) = facile à utiliser pour les plâtres longs avec des poses délicates.

4) Shooting-head ou shooting taper = SH = utilisé uniquement pour les très longs lancers, notamment sur les lacs.

Densité des queues de rat
Les queues de rat peuvent être flottantes, coulantes, à pointe coulante, intermédiaires ou neutres.
Le tableau suivant présente les différents types de queues de rat.

Techniques de pêche à la mouche

La pêche à la mouche s’effectue à l’aide de différentes techniques, telles que la pêche à sec, la pêche en nymphe et la pêche au streamer.

Toutes sont rentables, en fonction de la période de l’année et du niveau d’eau de la rivière.

Nous allons analyser ces trois techniques individuellement afin de donner une indication plus claire et plus utile pour rendre la journée de pêche plus rentable et plus agréable.

Pêche à sec

L’équipement idéal pour cette technique est une canne entre 7 et 9 pieds de long qui peut être équipée de queues de # 2 – 3 – 4 – 5. Les queues peuvent être DT ou WF selon le lieu de pêche.

L’extrémité de la ligne, y compris l’embout, doit avoir une longueur égale à environ une fois la canne, l’embout doit avoir un diamètre compatible avec les conditions de pêche (eau claire ou sombre et le type de poisson que l’on va attraper).

Il existe deux techniques principales pour la pêche à la mouche sèche : la première est la technique classique d’ébullition et la seconde est la technique de chasse.

La principale différence entre les deux techniques est que, dans la pêche à sec, vous avez une perception visuelle de la position exacte du poisson lorsqu’il remonte du fond pour attraper les insectes, alors que dans la pêche à la chasse, vous n’avez pas la vision du poisson qui s’attaque aux insectes, vous recherchez donc les endroits où le poisson est normalement posté, attendant de devenir actif, et vous proposez ensuite votre imitation.

peche-mouche

Pêche en nymphe

La pêche à la mouche avec des nymphes consiste à pêcher avec des mouches artificielles, qui s’enfoncent plus ou moins rapidement dans l’eau pour imiter le stade larvaire des insectes, notamment sur le fond.

L’équipement idéal pour cette technique est une canne entre 9 et 11 pieds de long, avec une queue #2-3-4-5 qui n’est pas trop lourde car ce type de pêche demande plus de contrôle de la composante queue+fin+nymphe.

L’amorce, en général, y compris l’embout, doit être d’environ une fois et demie la longueur de la tige, l’embout ayant un diamètre compris entre Ø 0,14 et Ø 0,18 mm.

Ces dernières années, plusieurs variations de la pêche traditionnelle à la nymphe ont été développées, avec des bas de ligne très longs combinés à des cannes tout aussi longues pour que les nymphes fonctionnent mieux dans l’eau.

La pêche à la nymphe est pratiquée par de nombreux pêcheurs de différentes manières, certains préférant remonter le courant, d’autres préférant descendre le courant et d’autres encore utilisant une variante et pêchant en tenant.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la pêche à la nymphe est une technique qui nécessite une observation attentive de la dynamique du cours d’eau : le poids des leurres choisis pour un endroit particulier n’est pas forcément bon pour d’autres points chauds et il ne faut pas être assez paresseux pour ne pas vouloir changer de leurre afin de ne pas perdre de temps ou de nylon.

Pêche au streamer

peche-mouche

L’équipement idéal pour cette technique est une canne entre 9 et 10,6 pieds de long ; avec un talon #5-#6-7, certainement une canne plus rigide que celle utilisée pour la pêche en nymphe.

L’extrémité de la ligne, y compris l’embout, doit représenter environ une fois la longueur de la tige et l’embout doit de préférence avoir un diamètre compris entre Ø 0,16 et Ø 0,30 mm.

La pratique de la pêche au streamer consiste principalement à induire le poisson en activant sa nature prédatrice avec un poisson d’imitation.

Dans ce cas, la technique la plus couramment utilisée consiste à exploiter le courant du ruisseau qui coule en aval pour faire bouger nos poissons artificiels dans l’eau.

La pêche s’effectue par des coups rapides de la queue du rat tout en récupérant le leurre : le courant fera faire à la queue une diagonale et à partir de ce moment commence une récupération lente qui augmentera lorsque le streamer arrivera en aval perpendiculairement au pêcheur.

Il est préférable de pêcher avec un streamer dans des conditions d’eau rapide, afin de mieux utiliser l’aide du courant. Il est également préférable d’avoir des conditions d’eau qui ne sont pas trop claires, afin que les poissons puissent sentir les vibrations de l’artificiel dans l’eau.

Pêche à la mouche avec une mouche immergée

peche-mouche

Bien que la pêche à la mouche avec une mouche immergée soit la méthode la plus ancienne de ce noble art qu’est la pêche à la mouche, elle est malheureusement plutôt négligée de nos jours.

Les mouches submersibles sont des mouches artificielles qui sont construites à partir de matériaux non flottants et qui, par conséquent, coulent plus ou moins rapidement, en fonction de la vitesse de l’eau. Contrairement à la plupart des nymphes, ces mouches sont fabriquées sans lest. De cette façon, les mouches submergées imitent les insectes morts qui coulent dans l’eau ou les insectes qui émergent pour effectuer la métamorphose.

Les cannes adaptées à ce type de pêche sont de 9 à 10 pieds de long, avec des queues #4-#5-#6 légèrement souples et la finale est d’une fois et demie la longueur de la canne avec une section finale jamais trop fine, Ø 0,16, Ø 0,18, Ø 0,20.

La pêche s’effectue en lançant transversalement à la rivière/au cours d’eau et en laissant les mouches dériver vers l’aval : souvent l’attaque du poisson arrive à mi-chemin en aval. Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Jerôme

Bonjour, je suis Jérome, j'ai créé ce site afin de vous partager tout le savoir que j'ai acquis depuis des années dans le secteur de pêche. Astuces, conseils, équipements, je vous donnerais toutes sortes de techiques afin de faire les meilleures prises possibles. Bonne lecture !

Articles recommandés